Histoire et recette des tourments d’amour

Histoire et recette des tourments d’amour

D’où viennent les tourments d’amour et pourquoi cette appellation ? Avant de vous donner la recette du tourment d’amour, faisons un retour dans l’histoire sur ses origines.

Histoire du Tourment d’amour :

Le Tourment d’Amour vient de Terre-de-Haut, aux Saintes en Guadeloupe. C’est une marque déposée à l’Institut National de la Protection Industrielle (INPI) à Paris.

Vers 1925, un Saintois entreprenant, originaire de Terre-de-Haut, M. Louis Thomas, est directeur de la plus importante mercerie générale de Pointe-à-Pitre, en Guadeloupe. Il épouse Eugénie Célany, de Baie-Mahault, qui est une pâtissière et cuisinière. Mme Thomas est sollicitée régulièrement par les grandes familles riches de la Grande-Terre pour organiser banquets et réceptions, et livrer à domicile des gâteaux et pâtisseries dans la réalisation desquels elle a forgé sa renommée. Parmi ses nombreuses spécialités, elle réalise depuis fort longtemps à partir d’un moule-plateau artisanal fabriqué localement, un grand gâteau rond ou rectangulaire, à base de génoise posée sur un fond de pâte brisée, fourré à la confiture de noix de coco, qui fait le délice de ses clients et dont elle est sans doute la seule à détenir la recette et peut-être la première à l’avoir expérimentée.

Il existe une légende, non avérée, qui contribue au charme de l’appellation « tourment d’amour ».

Une première légende prétend qu’elle serait venue spontanément à l’esprit et aux lèvres d’une épouse se languissant de son mari parti en mer, et réalisant ce gâteau en l’absence de ce dernier, aurait compensé sa frustration d’amoureuse par le moelleux de la génoise et la douceur du coco. Une autre dit que ce serait au contraire pour satisfaire son mari à son retour de la pêche, lequel ayant enduré mille tourments loin de sa bien-aimée, aurait été récompensé de sa patience en dégustant à son retour la savoureuse pâtisserie à la confiture.

Recettes du Tourment d’amour :

Ingrédients (pour 8-10 tartelettes)

Pour la réalisation de la confiture, cliquez sur CONFITURE DE COCO pour retrouver ma recette qui s’y rapporte.

 

 

 

 

 

 

Pour la réalisation de la pâte brisée :

  • 150g de farine + 75g de beurre mou + 1 pincée de sel + eau

Pour la réalisation des tartelettes:

  • 100g de farine de blé
  • 100g de sucre de canne
  • 3 œufs moyens
  • 1 pincée de sel
  • zeste de citron vert
  • pincée de cannelle
  • pincée de muscade
  • 1cc d’arôme de vanille
  • quelques gouttes d’essence d’amande amère
  • confiture au choix (coco pour la recette traditionnelle, sinon passion, mangue, goyave, banane…)

Préparation de la pâte brisée:
Mélanger la farine avec le sel et le beurre.
Ajouter un peu d’eau jusqu’à obtenir une pâte d’une bonne consistance.
Réserver au frais pour 30 minutes.

Préparation de la génoise:

J’ai une préférence pour un mélange onctueux et mousseux. Pour l’obtenir :
Mélanger les œufs entiers avec le sucre et les différents arômes.
Terminer en ajoutant la farine et la pincée de sel en mélangeant délicatement.

Confection des tartelettes:

Étaler la pâte brisée sur une surface farinée.
Détailler des cercles de pâte de la taille des moules.
Disposer un cercle de pâte dans chaque moule et piquer à l’aide d’une fourchette.
Ajouter une bonne cuillère de confiture.
Recouvrir avec un peu de pâte à génoise.
Enfourner à 180° pour 20 à 30 minutes environ



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


error: Content is protected !!